mercredi 28 juin 2017

Hassan Nasrallah : Israël n'a gagné aucune guerre depuis 1967

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 23 juin 2017, à l’occasion de la Journée Internationale d’Al-Quds (Jérusalem)

Cette journée a été instituée par l’Imam Khomeini en 1979 pour réaffirmer l’attachement de la communauté musulmane à la cause palestinienne et aux lieux saints d’Al-Quds, et elle est célébrée le dernier vendredi du mois de Ramadan.




Transcription :

[…] Eh bien, sixième (élément de force pour la cause palestinienne), la persistance et l’endurance des mouvements de Résistance au Liban et en Palestine. Ils ne se sont pas enfuis, ni retirés, ni n’ont déposé les armes, ni n’ont détruit leurs missiles, ni ne les ont jetés à la mer, ni ne les ont jetés à la poubelle, ni ne les ont troqués, ni n’ont changé de ligne, d’alliances ou de positions, malgré tout ce dont nous venons de parler : les menaces, intimidations, accusations de terrorisme, arrestations, assassinats, emprisonnement, blocus, assèchement des sources d’argent, lois imposant des sanctions, (inscription sur la) liste des organisations terroristes, etc. C’est également une chose (très) importante.

Mais le plus important, laissez-moi le souligner, et qui constitue également un véritable succès pour la Résistance au Liban et en Palestine à travers toutes ces (six ou sept) années passées : cette Résistance qui œuvre à sa perpétuation, à sa force, à son état de préparation, à l’augmentation de ses effectifs, sur les plans moral, psychologique, matériel, militaire et sécuritaire, ce même Israël, à (la conférence annuelle) d’Herzliyya (juin 2017), en considérant les pays qu’il a dénommés « les pays arabes sunnites modérés » (et en réalité, la responsabilité de répondre à ces déclarations incombe plus aux sunnites qu’à nous), mais en même temps, Liberman, cet extrémiste fanatique, que dit-il ? Lorsqu’il parle du problème de savoir pourquoi Israël n’est pas parvenu à des accords de compromis dans la région, il énumère un certain nombre de raisons, et je vais juste vous (en) lire deux lignes et demie.

L’une des raisons qu’il énonce, écoutez bien parce que ces paroles ont coûté (beaucoup de) sang, et constituent un succès (véritable), une victoire, une reconnaissance de l’ennemi (lui-même) (que devraient prendre en considération) ceux qui discutent toujours (de cette réalité). Dans ce discours à Herzilya, Liberman dit : « Je considère que l’un de nos problèmes est que depuis 1967, nous n’avons... nous n’avons... (rires) nous n’avons remporté aucune bataille. » Voilà (ce que déclare) Liberman. Je reprends ma lecture : « Je considère que l’un de nos problèmes est que depuis 1967, nous n’avons remporté aucune bataille. En réalité, la dernière bataille, et la dernière fois que nous avons gagné (une guerre), c’était la guerre des six-jours. Qui avait gagné et qui avait perdu ne faisait (alors) aucun doute pour quiconque. » C’est-à-dire qu’en 67, personne n’avait aucun doute qu’Israël avait gagné, et que les Arabes avaient perdu. « L’absence de victoires est une chose qui mène au peu de confiance (en nos capacités) de la partie adverse. » Je vais encore citer un extrait de ses propos (après mon commentaire).

Eh bien, ils reconnaissent donc aujourd’hui (leurs défaites successives). Et c’est pourquoi après 1973, il fallait obtenir une victoire (d’où l’invasion du Liban), tout comme aujourd’hui, il faut détruire la Syrie et travailler (à saper) les mouvements de Résistance car Israël a besoin d’une victoire. Israël a besoin d’une victoire. Pour parvenir à un accord de compromis (avec les pays arabes), Israël a besoin d’une victoire.

Maintenant, bien sûr, il y a certains aspirants sournois (au pouvoir) ou occupants antiques de trônes tremblants qui veulent offrir une victoire politique à Israël sans combat, gratuitement. J’y reviendrai également.

L’autre élément qu’il faut aussi enregistrer au crédit de la Résistance au Liban et en Palestine... J’espère encore qu’on sera très attentif à ces propos, car au Liban, en général, on suit ce genre de déclarations : un responsable israélien monte (régulièrement) au créneau pour faire des (menaces de guerre), l’un prétend renvoyer le Liban 20 ans en arrière, l’autre 50 ans, un autre encore 200 ans... Régulièrement, les ambassadeurs aussi, certaines ambassades étrangères (essaient) d’intimider les responsables libanais, (laissant entendre a demi-mot) qu’il va y avoir une guerre ou pas, que l’été sera brûlant ou pas, etc.

Bien sûr, je vais lire ces deux extraits, mais nous n’avons pas confiance en les Israéliens, (donc) cela ne veut pas dire que nous soyons sûrs (de la véracité de leurs propos). Mais c’est pour vous dire quel est l’état d’esprit de cette conférence, ce qu’ils y ont dit. (Je vais lire) un extrait des déclarations du Ministre de la Défense, le Ministre de la guerre israélien, et un texte du Chef d’Etat-Major de l’armée ennemie. Ce sont les deux personnes les plus concernées par la guerre, avec Netanyahu.

Liberman dit (je le cite afin que certains Libanais effrayés se rassurent un peu) : « On me demande toujours : ‘Qu’est-ce qui va se passer à Gaza ? Sommes-nous encore une fois face à une guerre ? Que se passera-t-il avec le Hezbollah ? Que se passera-t-il en Syrie ?’ Et une fois encore, je répète ce que je dis toujours... » Qui s’exprime ici ? Liberman qui (ne cessait de) menacer, de promettre (des actions militaires), d’écumer (de rage), etc. « Nous n’avons aucunement l’intention de prendre l’initiative d’une quelconque action militaire, ni en été, ni en automne, ni au Nord [c’est-à-dire avec nous], ni au Sud [c’est-à-dire avec nos frères à Gaza]. Notre objectif est la prévention sans la guerre. Et il est possible de [mener des actions de] prévention sans déclencher une guerre en créant une dissuasion véritable et effective, au sujet de laquelle on peut discuter. » Grâce à la dissuasion, on empêche la guerre.

Eh bien, qui s’exprime donc ici ? Le Ministre de la guerre ennemi. Bien sûr, il a évoqué beaucoup de choses de manière franche et transparente dans son discours. Eh bien, pourquoi ? Pourquoi ne veut-il pas de guerre ? Ni avec Gaza ni avec le Liban ? Parce qu’une telle guerre serait (très) coûteuse, mes (chers) frères et sœurs.

C’est avec ça qu’il faut que nous comprenions l’importance du succès à Gaza et l’importance du succès au Liban. Le succès de la Résistance, le succès de l’équation en or, Armée-Peuple-Résistance. Le succès de l’harmonie nationale, même de manière générale. Voilà le succès. Mais de manière fondamentale, c’est la Résistance, qui possède la capacité de rendre une guerre avec Israël extrêmement coûteuse pour Israël.

Et [Liberman], que disait-il donc juste avant ? Il veut une victoire. Et il sait qu’une guerre à Gaza n’amènera aucune victoire. Et que la guerre contre le Liban n’amènera aucune victoire. Il pourra détruire, tuer, transgresser... Personne ne dispute la bestialité de l’ennemi et ses grandes capacités [de destruction]. Mais il ne pourra pas réaliser une victoire, car il (fait face à) de la volonté, à des résistants, à des héros, à un peuple qui embrasse (la Résistance), à un peuple, à des familles de martyrs, à une direction politique, à des savants, à des forces, etc., etc., etc. Par conséquent, la Résistance (n’a rien à craindre), et continue à réaliser des victoires heure après heure.

Cette situation même constitue une situation de dissuasion pour l’ennemi. La situation dans laquelle l’ennemi sait qu’il n’a ni porte, ni fenêtre, ni le moindre orifice pour lancer une guerre victorieuse contre le Liban, ou pour mener une guerre victorieuse à Gaza, voilà ce qui le dissuade. Et c’est une preuve de la force de la Résistance au Liban, une preuve de la force de la Résistance à Gaza, et c’est là la considération fondamentale prise en compte par l’ennemi en ce qui concerne la Résistance et ses batailles.

Le Chef d’Etat-Major de l’armée ennemie dit aussi, après avoir largement décrit la (prétendue) capacité d’Israël à agir, détruire, transgresser, éradiquer et tout ce que vous voulez, en dernier lieu, il déclare : « Et malgré la réalité que nous avons décrite, et notre vif désir d’éloigner l’organisation Hezbollah du Sud du Litani, comme le demande la résolution 1701 (de l’ONU), nous avons un intérêt... [à quoi donc ?]... nous avons un intérêt à ce que ce calme se perpétue durant de longues années devant nous. » Ce n’est pas le Ministre des Affaires étrangères qui s’exprime, ce n’est pas un diplomate : c’est le chef de l’armée, dont le rôle est de menacer, de promettre, de terroriser, d’effrayer... Que dit-il donc ? Il dit que « notre intérêt est de rester tranquilles, sensés, nous voulons le calme pour de longues années, tant que nous pouvons réaliser ce calme par cette dissuasion. » Eh bien, pourquoi cela ? Pourquoi Israël considère-t-elle la Résistance ainsi aujourd’hui ? Voilà donc.

Septième (élément de force pour la cause palestinienne), du coté des peuples de la Communauté islamique (en plus de l’Iran et du Yémen largement évoqués précédemment), et malgré toutes les blessures, regardez aujourd’hui le peuple du Bahreïn qui manifeste, et sur qui on tire des balles (réelles). O peuple palestinien (je m’adresse à nouveau à nos frères Palestiniens), vos frères au Bahreïn manifestent pour vous, pour votre cause, pour vos lieux saints, pour vos droits, et le régime des Khalifa leur tire dessus, sur leurs têtes et sur leurs poitrines, et il les arrête, il les torture, il les emprisonne, il les frappe. Mais ce peuple du Bahreïn, fidèle et loyal (à la Palestine) lui aussi, sort (massivement) aujourd’hui pour dire que la Palestine, pour nous, est une religion, un principe (de foi), une fraternité, une famille, une Communauté (islamique)...

C’est la même chose lorsqu’on regarde le Nigéria. Leur Cheikh et Chef est en prison [Cheikh Zakzaky] du fait d’un complot saoudien, des milliers d’entre eux ont été tués, des milliers d’entre eux ont été arrêtés, mais ils sortent aujourd’hui par centaines de milliers, par dizaines de milliers et dans plusieurs villes pour la Palestine et pour Al-Quds (Jérusalem). Et de même en Irak, en Syrie, au Pakistan, en Afghanistan, en Tunisie, en Turquie, en Mauritanie..., dans les capitales occidentales, à Londres et ailleurs.

Que signifie cela ? Cela signifie que la Communauté islamique, et ce malgré les menaces (à son encontre), les distractions et l’accaparement [causés par les crises], son déchirement, l’incitation sectaire, religieuse, raciale, identitaire et partisane à laquelle elle est soumise, et tout ce que vous voulez, Al-Quds (Jérusalem) et la Palestine sont toujours présentes (dans les coeurs et les esprits), et le seront de plus en plus.

J’ai souhaité procéder de cette manière pour montrer que non, dans l’Axe opposé [à l’Axe USA-Israël-Europe-Arabie Saoudite-Golfe], cet objectif essentiel qu’est la liquidation de la cause palestinienne, l’exclusion de la Palestine et de la cause palestinienne de l’équation n’a pas été réalisé, il a échoué. Ils ont échoué à le réaliser, et plus encore, l’Axe de la Résistance croît en présence, en efficacité et en puissance.

Voilà ce à quoi nous voulions arriver en dernier lieu avant la conclusion. Je voulais parler de la situation interne du Liban mais je n’aurai malheureusement pas le temps.

[…]

(Traduction de la dernière partie du discours à venir)

lundi 26 juin 2017

Vladimir Poutine parle de son expérience au KGB et s'adresse aux agents russes à l'étranger




Journaliste : Je vous demande de vous adresser aux gens à qui ce que vous dites ne parviendra pas aux agents de renseignements "illégaux" qui sont implantés à l'étranger. Le 95e anniversaire de ce service (1er directoire du KGB) est très proche. Mais pour des raisons évidentes (préserver leur couverture), ils ne pourront pas allumer la télévision russe publiquement et entendre vos propos. Quoi qu'il en soit, que pensez-vous de ce service ? Qu'apporte-t-il à la Russie ?

Vladimir Poutine : Tout mon travail dans les agences de renseignement étrangères de l'URSS était lié non seulement au Service des renseignements extérieurs, mais particulièrement avec les renseignements illégaux (agents en Occident). Je connais ce genre de personnes – elles sont spéciales, avec des caractéristiques particulières, des convictions particulières. Ce sont des gens tout à fait hors norme. Ce n'est pas donné à tout le monde d'abandonner sa vie, d'abandonner ses proches, de quitter sa famille et son pays pour de nombreuses, très nombreuses années. Ce n'est pas n'importe qui qui peut consacrer sa vie à servir sa patrie. Seuls des élus peuvent le faire. Je le dis sans exagération. Les agents de renseignement illégaux vivent avec cette approche pour la cause, pour la patrie, pour le peuple. Ce sont des gens uniques. Je leur souhaite bonheur et prospérité, et je suis sûr que mon message leur parviendra.

Je me souviens très bien d'une conversation avec l'un de mes anciens collègues, Avec qui j'ai travaillé durant de nombreuses années sur des activités illégales (à l'Ouest). Et quand il est rentré, il a travaillé avec moi, en tant que nouvel employé des forces de sécurité, (comme) un officier de renseignement débutant. Je lui ai demandé : ‘San Sanych, tu as travaillé ici, tu as tant donné, et maintenant tu es ici avec moi. Ca ne te pose pas de problème ? Tu devais t'attendre à un poste plus important, non ?’ Et il a répondu : ‘Et j'aurais pu occuper un autre poste, l'agence (de renseignement) a suggéré une telle chose, mais je ne voulais pas. Parce que je considère (déjà) comme une récompense personnelle le fait que ma patrie m'ait choisi et fait confiance pour une fonction que personne d'autre que moi ne pouvait occuper. C'est la plus grande récompense que j'ai gagnée, et je dois remercier la mère patrie pour cela.’

mercredi 21 juin 2017

Sayed Ali Khamenei : Israël est une page sombre de l'histoire qui va se refermer


Allocution du Guide Suprême de la République Islamique d’Iran à la sixième conférence internationale de soutien à l’Intifada palestinienne

Téhéran, le 21 février 2017







Transcription :

Que la paix de Dieu soit sur vous, ainsi que Ses bénédictions.

Avant de commencer mon discours, je voudrais rappeler au public que c’est aujourd’hui l’anniversaire du martyre de Malcolm X, un leader musulman américain. Je voudrais demander à tous les participants de réciter la sourate Al-Fatiha (L’Ouverture) et la sourate Al-Tawhid (L’Unicité) pour l’âme de ce martyr. [Récitation]

Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux,

Toute la louange est due à Dieu, le Seigneur des Mondes, et que la paix et les salutations de Dieu soient sur le Maître de tous les peuples, Muhammad al-Mustafa, ainsi que sur sa famille pure et sur ses compagnons choisis

Dieu, le Très-Sage, a dit dans le Livre Manifeste [Le Saint Coran] : « Ne vous découragez pas ! Ne vous affligez pas ! Car vous aurez bientôt la victoire, si vous avez la foi. » [Le Saint Coran, III, 139]. Et selon le plus puissant des orateurs : « Ne soyez pas pusillanimes en implorant la paix à l’ennemi alors que vous êtes les plus forts et que Dieu est avec vous. Dieu ne vous frustrera jamais du fruit de vos œuvres. » [Le Saint Coran, 47: 35].

Pour commencer, je vous accueille comme il se doit, chers invités, responsables honorables des organisations islamiques, dirigeants de divers groupes palestiniens, intellectuels, universitaires et personnalités exceptionnelles du monde de l’Islam et d’autres personnalités qui luttent pour la liberté. Je vous souhaite la bienvenue et vous remercie pour votre présence dans cette importante conférence.

L’histoire tragique de la Palestine et la tristesse extrême causée par l’oppression infligée à cette nation patiente, endurante et résistante, affligent profondément tout individu aspirant à la liberté, à la vérité et à la justice, et provoquent une souffrance et une douleur déchirantes dans le cœur de chacun.

L’histoire de la Palestine est pleine de hauts et de bas, marquée par l’occupation cruelle de cette région, qui a rendu des millions d’individus sans domicile [réfugiés et déplacés], et la Résistance courageuse de ce peuple héroïque. Une recherche historique intelligente montre qu’aucun peuple dans aucune ère de l’Histoire n’a jamais été soumis à une telle douleur, une telle souffrance et une telle cruauté. Jamais auparavant un pays n’a été occupé dans un complot suprarégional, jamais un peuple entier n’a été chassé de sa maison et de son pays afin qu’un autre groupe de gens venant de contrées lointaines du monde soit apporté pour remplacer cette nation. Il n’a jamais été observé qu’une entité réelle soit ignorée et qu’une fausse entité prenne sa place.

Mais c’est une autre page honteuse de l’histoire qui se refermera avec l’autorisation et l’assistance d’Dieu l’Exalté, comme d’autres pages honteuses de l’histoire [qui ont déjà disparu]. « Certes, la fausseté est vouée à disparaître. » [Coran, 17, 81]. Et Il dit également : « Mes pieux serviteurs hériteront de la Terre. » [Coran, 21, 105]

mardi 20 juin 2017

Hassan Nasrallah : chaque personne doit aider la Palestine

Discours de Sayed Hassan Nasrallah pendant la Journée mondiale d'Al-Quds (Jérusalem) en 2005

« Un peu d'argent d'ici et de là, c'est comme des gouttes d'eau qui peuvent devenir des torrents, des mers ou des océans... A quelques jours de la fête de l'Aïd al-Fitr, souvenez-vous de vos frères et sœurs en Palestine. » Sayed Hassan Nasrallah

Faire un don pour la Palestine : https://www.cbsp.fr/dons/index.php?lang=fr


Transcription :

Aujourd'hui, alors que nous parlons des succès de l'Intifada, je me dois de vous dire une chose. Nous devons continuer à soutenir cette Intifada. Mais du fait de la répression dans de nombreux pays arabes, et des crises et problèmes, je veux vous dire à vous au Liban, et à tous les frères et sœurs dans le monde arabe et musulman : il y a une chose dont nous soulignons à nouveau l'importance et le caractère vivant.

Regardez donc ô mes frères et soeurs : les Etats-Unis ont oeuvré pour assiéger l'Intifada financièrement et économiquement, et pour assiéger le peuple palestinien financièrement, économiquement et dans ses moyens de subsistance, et ils ont imposé aux pays du monde de placer les mouvements de djihad [Résistance], en particulier le Hamas et le Jihad Islamique, ainsi que d'autres factions, sur la liste des organisations terroristes. De l'argent a été saisi, des organisations ont été fermées, et des associations ont été interdites. Et même dans le monde arabe, beaucoup de régimes se sont soumis aux demandes américaines et ont arrêté les aides pour le peuple palestinien, interdisant les collectes de dons pour le peuple palestinien.

Je vous déclare ceci : aujourd'hui, le devoir le plus vital des Arabes et des musulmans, tout homme et toute femme, tout jeune et tout adulte, ce que nous devons apporter en premier lieu au peuple palestinien, à ses forces de djihad, c'est de l'argent. Et chacun d'entre nous peut donner une somme d'argent. Un peu d'argent d'ici et de là, c'est comme des gouttes d'eau qui peuvent devenir des torrents, des mers ou des océans.

Je lance à nouveau mon appel pour cette cause que nous n'avons pas le droit de négliger. Toutes les associations, tous les mouvements, tous les partis et toutes les initiatives individuelles et collectives doivent se mobiliser pour collecter de l'argent partout dans le monde arabe et islamique et dans tout autre endroit du monde, et faire parvenir l'argent aux Palestiniens. 

Avec l'argent, ils achètent le pain, ils (re)construisent les maisons détruites. Avec l'argent, ils pansent leurs blessures, et avec l'argent, ils se procurent des armes. En Palestine, il y a des hommes et des femmes qui n'ont pas reculé, qui n'ont pas faibli. Les héros de notre temps se trouvent aujourd'hui en Palestine.

Ce dont ils ont besoin, si on n'arrive pas à leur faire parvenir de la nourriture, nous pouvons leur adresser de l'argent pour qu'ils achètent de la nourriture. Si nous ne pouvons pas leur faire parvenir des armes, alors faisons-leur parvenir de l'argent avec lequel ils achèteront des armes.

Certains nous contactent de tous les coins du monde arabe et islamique et nous disent : je veux aller combattre en Palestine. En Palestine, il y a des milliers de personnes prêtes à réaliser des opérations martyre, des centaines de milliers de combattants, des dizaines de milliers d'aspirants au martyre, parmi les jeunes hommes et les jeunes femmes.

Si tu as de l'argent (quelle que soit la somme), envoie-le à un jeune en Palestine, à une famille en Palestine, afin qu'elle reconstruise sa maison, qu'il puisse aller à l'école / l'université et que sa vie continue, qu'il achète des armes ou des munitions, pour qu'il s'entraîne aux opérations martyre ou aux combats, etc.

Oui. Est-ce qu'Israël peut interdire que l'argent parvienne aux Palestiniens ? Cet argent peut leur parvenir. Je tiens à souligner tout particulièrement l'importance de ce point.
 
Certains disent ; que pouvons-nous faire en cette étape cruciale ? Très bien. Tu ne peux pas faire de manifestations (pro-palestiniennes) dans le monde arabe, laisse donc cela de côté. Aujourd'hui, nous manifestons, nous nous réunissons (pour la Journée d'Al-Qods célébrée le dernier vendredi de Ramadan), cette grande masse populaire, politique et officielle sert en vérité à manifester le soutien et la solidarité, pour souligner le caractère vivant de la cause. Mais tout le monde aujourd'hui, chaque femme et chaque homme, chaque Arabe et chaque musulman, peut prélever un peu de son argent, un peu de son salaire (pour la Palestine).

Souvenez-vous ô mes frères et sœurs : dans quelques jours, (on célèbrera) l'Aïd al-Fitr dans tout le monde arabe et musulman, les festivités, les repas, les nouveaux vêtements, les pâtisseries, sauf dans les maisons des pauvres et des démunis d'entre nos peuples. Mais même pour les pauvres et les démunis, l'Aïd a une portée. Souvenez-vous donc des vôtres en Palestine, souvenez-vous de vos frères et sœurs en Palestine, souvenez-vous des familles ruinées par la destruction de leur maison en Palestine.

Par conséquent, notre responsabilité aujourd'hui est de poursuivre notre soutien, le soutien politique, médiatique, moral, militaire et social, mais ce que nous n'avons pas le droit de négliger un seul jour, c'est ce soutien financier nécessaire et possible, faisable pour tous. Et je parle là de notre devoir (absolu), pas d'une action recommandée. 

Nous devons aider nos frères en Palestine avec de l'argent, cet argent que nous pouvons leur apporter (en fonction des capacités de chacun, même symboliques). Aujourd'hui... Le jour viendra peut-être ou nous devrons apporter notre soutien en versant notre sang, en combattant, mais tout ce qui est demandé de nous aujourd'hui, c'est de lever le blocus (de Gaza)...

[Salutations de la foule sur le Prophète]
 
C'est que le blocus et l'isolement financier et économique imposés par les Etats-Unis et Israël à notre peuple en Palestine soient levés.

dimanche 11 juin 2017

Guerre des 6 jours : que s’est-il réellement passé en juin 1967 ? (Norman Finkelstein)

Dans la première partie d’un long entretien en trois parties à l’occasion du 50e anniversaire de la guerre israélo-arabe de juin 1967, l’auteur et universitaire Norman Finkelstein déconstruit les mythes persistants qui entourent cette confrontation historique – des mythes qui ont soutenu l’occupation israélienne des territoires palestiniens qui en a résulté. 

Source : http://therealnews.com/t2/story:19230:Six-Day-War%2C-50-Year-Occupation%3A-What-Really-Happened-in-June-1967%3F



Norman G. Finkelstein a obtenu son doctorat en 1988 au Département de la politique de l’Université de Princeton. Il enseigne actuellement au Centre de l’Université de Sakarya pour les études sur le Moyen-Orient en Turquie. Finkelstein est l’auteur de dix livres qui ont été traduits en 50 éditions étrangères.

Transcription :

Aaron Mate : Voici l’émission The Real News, je suis Aaron Mate. Le 5 juin marque le 50e anniversaire de la guerre de 1967 entre Israël et les États arabes voisins. En six jours de conflit, Israël a capturé le Sinaï égyptien, les hauteurs du Golan syrien, la Cisjordanie et la bande de Gaza. A l’exception du Sinaï, Israël contrôle toujours tous ces territoires. De fait, l’occupation militaire israélienne de la Cisjordanie et de Gaza est la plus longue des temps modernes. Dans cette première partie, nous allons étudier ce qui s’est passé en 1967. Mais ce n’est pas seulement une leçon d’histoire. Le récit dominant de 1967 est qu’Israël a fait face à une menace existentielle, qu’il a mené une guerre défensive et qu’il ne voulait pas occuper des terres arabes. Ce récit a été utilisé à maintes reprises pour justifier la violence et la répression d’Israël dans les territoires occupés, et il est donc important que nous comprenions bien l’histoire réelle et rectifions ceux qui la déforment. Mon hôte est quelqu’un qui a accompli cette tâche pendant des décennies. Norman Finkelstein est un universitaire, auteur de nombreux ouvrages sur le conflit israélo-palestinien, et je suis très heureux qu’il soit parmi nous. Bienvenue, Norman.

Norman Finkelstein : Eh bien, merci de me recevoir, Aaron.

Aaron Mate : Merci d’être avec nous. Nous allons entendre beaucoup de commémorations de la guerre de 67, et le récit qui nous sera proposé ressemble beaucoup à celui-ci. Il est issu du New York Times. Le NY Times écrit :

« Cette année marque un demi-siècle depuis la guerre israélo-arabe de 1967 dans laquelle Israël a fait victorieusement face à une menace d’anéantissement par ses voisins arabes et en est également venu à dicter sa loi aux Arabes palestiniens dans les zones capturées, y compris dans la vieille ville [de Jérusalem]. »

Norman, c’est le NY Times qui dit qu’Israël « a fait victorieusement face à une menace d’anéantissement » en 67. Quel est le problème avec cette image  [qui  nous est présentée] ?

Norman Finkelstein : Eh bien, ce qui ne va pas avec elle, c’est que cela ne s’est jamais produit, et c’est généralement un gros problème. C’est ce qu’on appelle « falsifier l’histoire ». Les faits sont très clairs pour 1967, au moins sur le point que nous allons maintenant aborder. Les États-Unis avaient de nombreuses agences de renseignement qui surveillaient la situation entre Israël et ses voisins arabes, probablement près d’une demi-douzaine d’organismes de renseignement, et l’administration américaine sous Lyndon Johnson était rigoureusement tenue au courant de tout ce qui se passait là-bas.

Maintenant, la grande question pour Israël en 1967 n’était pas de savoir s’ils allaient prévaloir sur les Arabes. Ils savaient que c’était dans la poche parce qu’ils avaient déjà [les enseignements de] leur répétition de bal en 1956 quand ils ont conquis [tout] le Sinaï en 100 heures environ, et [en 1967], nous ne sommes qu’une décennie plus tard, et ils savent qu’ils vont vaincre facilement. Leur principale préoccupation était : comment les États-Unis réagiraient-ils ? Et en 1957, une décennie plus tôt, les États-Unis avaient agi assez sévèrement. Dwight D. Eisenhower avait donné à Israël un ultimatum : sortez ou alors... En d’autres termes, sortez du Sinaï ou vous allez faire face à une forte réaction du gouvernement des États-Unis. Les Israéliens craignaient qu’il y ait une répétition de 1957 en 1967.

Donc les Israéliens envoyaient beaucoup de gens pour tâter l’administration américaine, en posant des questions à des personnes qui avaient des accès et qui étaient liées à Johnson. Parmi les personnes envoyées, il y avait le Major-Général de division Meir Amit, qui était le chef du Mossad israélien, l’agence de renseignement. Maintenant, les États-Unis avaient abouti à deux conclusions fermes à propos de 1967. Conclusion numéro un, le Président égyptien Gamal Abdel Nasser n’allait pas attaquer. Il n’y avait aucun élément de preuve indiquant qu’il allait attaquer. Conclusion numéro deux, si, contre toutes les données, il attaquait, comme Johnson le disait à l’époque : « Vous allez leur mettre une raclée s
il attaque. C’est ce que disent tous nos services de renseignement ».

Maintenant, vous pourriez poser la question, eh bien, c’est ce que le renseignement américain disait, mais que disait le renseignement israélien ? Eh bien, nous le savons, parce que le 1er juin, le Général-Major Meir Amit est venu à Washington et il a parlé à des hauts fonctionnaires américains. Il a dit, et maintenant je le cite, qu’il n’y avait « aucune différence dans l’évaluation de la situation actuelle au Moyen-Orient par nos services de renseignement [respectifs]. Aucune différence. » Ce qui signifie que les Israéliens savaient aussi que Nasser n’allait pas attaquer et qu’ils savaient aussi que s’il attaquait, alors, comme Johnson l’a déclaré : « Vous allez leur mettre une raclée. » De fait, c’est ce qui s’est passé…

Le secrétaire à la Défense à l’époque était alors Robert McNamara et, dans les discussions internes, il a prédit que la guerre durerait de sept à dix jours. Plus tard, il se vanterait de la justesse de son estimation. En fait, la guerre était terminée non pas en six jours, mais la guerre était terminée, vraiment littéralement, elle était finie en six minutes environ. Au moment où Israël a lancé sa frappe Blitzkrieg et anéanti l’armée de l’air égyptienne, qui était encore au sol, alors les troupes au sol n’avaient aucun soutien aérien. C’était fini. La seule raison pour laquelle ça a duré six jours, c’est parce qu’ils voulaient s’emparer de territoires. C’était une capture de terres [par la force].

samedi 10 juin 2017

Vladimir Poutine répond à une question agressive sur la démocratie en Russie

Entretien avec la NBC

En marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine a répondu aux questions de la présentatrice vedette de NBC Megyn Kelly.

Le 5 juin 2017




 Transcription :

Megyn Kelly : De nombreux Américains entendent le nom « Vladimir Poutine » et se disent : « Il dirige un pays plein de corruption, un pays dans lequel des journalistes qui sont trop critiques peuvent être assassinés, un pays dans lequel les dissidents peuvent se retrouver en prison ou pire. » Quel est votre message aux gens qui croient cela ?

Vladimir Poutine : Je veux dire que la Russie se développe selon une voie démocratique, c’est indubitablement le cas. Personne ne devrait en douter. La rivalité politique et les autres événements intérieurs qui peuvent s’y produire sont également caractéristiques des autres pays, et je ne vois rien d’inhabituel à ce propos.

Nous avons des rassemblements, des rassemblements de l'opposition. Et les gens ici ont le droit d'exprimer leur point de vue. Cependant, si les gens, en exprimant leur point de vue, enfreignent la législation en vigueur, la loi actuelle, les services de police et de justice tentent évidemment de rétablir l'ordre.

J'attire votre attention sur ce une chose dont j'ai discuté récemment lors d'un voyage en France et dans mes discussions avec d'autres collègues européens. Nos forces de police, heureusement, jusqu'à présent, n'utilisent pas de matraques, de gaz lacrymogènes ou d'autres mesures extrêmes pour faire respecter l'ordre, des choses que nous voyons souvent dans d'autres pays, y compris aux États-Unis [et en France].

En parlant de l'opposition, rappelons-nous le mouvement Occupy Wall Street. Où est-il maintenant ? Les services de police et de justice et les services spéciaux aux États-Unis l'ont démantelé, mis en petits morceaux, et l'ont dissous. Je ne vous pose pas de questions sur la situation en matière de démocratie aux États-Unis. Surtout que la législation électorale est loin d'être parfaite aux États-Unis. Pourquoi pensez-vous que vous auriez le droit de nous poser de telles questions, et, de surcroît, le faire tout le temps, nous faire la morale et (prétendre) nous enseigner comment (on devrait) vivre ?

Nous sommes prêts à écouter nos partenaires, prêts à écouter des évaluations et des bilans lorsque cela se fait de manière amicale, afin d'établir des contacts et de créer une atmosphère commune et de nous consacrer aux valeurs que nous partageons. Mais nous n’accepterons jamais que de telles questions soient utilisées comme un outil de lutte politique. Je veux que tout le monde le sache. Voilà notre message.

Vladimir Poutine : Trump n'est qu'un pion de l'Etat profond US

Interview de Vladimir Poutine sur Macron, Trump, l'Ukraine, la Syrie et la Russie (Le Figaro)

L’interview a été enregistrée le 29 mai à Paris lors de la visite du Président russe en France.
 

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr (voir l'interview intégrale ici)




Transcription :


Journaliste : Vous avez mentionné les États-Unis. Les allégations d’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle aux États-Unis ont soulevé une tempête politique à Washington. Des allégations similaires ont également été exprimées en France. Quelle est votre réponse, surtout dans le contexte des développements récents aux États-Unis ? 
Vladimir Poutine : J’ai déjà commenté cette question plusieurs fois. Il y a eu une question d’un de vos collègues à ce sujet aujourd’hui. Il l’a dit avec beaucoup de précaution à la conférence de presse, disant que « il y a des allégations selon lesquelles des pirates russes... » Qui est l’auteur de ces allégations ? Sur quoi se basent-elles ? Si ce ne sont que des allégations, alors ces pirates pourraient être de n’importe où ailleurs et pas nécessairement de Russie.

Comme l’a dit le Président Trump, et je pense qu’il avait tout à fait raison lorsqu’il a dit cela, ça aurait pu être quelqu’un qui était assis sur son lit (un particulier) ou peut-être que quelqu’un a intentionnellement inséré une clé USB avec le nom d’un ressortissant russe ou quelque chose comme ça. Tout est possible dans ce monde virtuel. La Russie ne s’engage jamais dans des activités de ce genre, et nous n’en avons pas besoin. Cela n’aurait pour nous aucun sens de faire de telles choses. A quoi bon ?

J’ai déjà parlé à trois Présidents américains. Ils vont et viennent, mais la politique reste la même en tout temps. Vous savez pourquoi ? A cause de la puissante bureaucratie. Lorsqu’une personne est élue, elle peut avoir certaines idées. Ensuite, des gens avec des mallettes arrivent, bien habillés, portant des costumes foncés, tout comme le mien, à l’exception de la cravate rouge, puisqu’ils portent des cravates noires ou bleu foncé. Ces personnes commencent à expliquer comment les choses se font. Et instantanément, tout change. C’est ce qui se passe avec chaque administration.

Changer les choses n’est pas facile, et je le dis sans ironie. Ce n’est pas que la personne ne veut pas le faire, mais parce qu’il est très difficile de le faire. Prenez Obama, un homme qui voit loin, un libéral, un démocrate. N’avait-il pas promis, avant son élection, de fermer Guantanamo ? Mais l’a-t-il fait? Non, il ne l’a pas fait. Et puis-je demander pourquoi ? Ne voulait-il pas le faire ? Il le voulait, j’en suis sûr, mais cela n’a pas fonctionné. Il a sincèrement voulu le faire, mais n’a pas réussi, car cela s’est révélé très compliqué.

Ce n’est pas le problème principal, cependant, même s’il est important, car il est difficile de comprendre que des gens ont marché [à Guantanamo] dans des chaînes depuis des décennies sans procès ni enquête. Pouvez-vous imaginer la France ou la Russie agir de cette façon ? Ce serait une catastrophe. Mais c’est possible aux États-Unis et ça continue à ce jour. Il s’agit de la question de la démocratie, soit dit en passant.

Je me suis référé à cet exemple seulement pour montrer que ce n’est pas aussi simple qu’il le parait. Cela dit, je suis prudemment optimiste et je pense que nous pouvons et devrions être à même de parvenir à des accords sur des questions clés.